Un chantier d'insertion pour la cuverie

Les partenaires

  Logo conseil général Logo CACVB  Logo DDT Logo Europe logo Tremplin 

 

L’entretien du patrimoine communal fait partie des préoccupations de la municipalité. Si l’actuelle Mairie et la Maison de l’enfance, après les aménagements nécessaires sont opérationnels depuis un moment déjà, les dépendances de cette ancienne propriété « PRINCE » n’ont jamais fait l’objet de réfection.
L’assemblée communale a donc décidé cette année d’engager une opération qui consistera à consolider les fouilles, refaire entièrement la toiture et piqueter puis enduire les façades. Le pignon EST, en mauvais état, sera également restauré.
Ce bâtiment baptisé « CUVERIE » en raison des activités qui s’y déroulaient, est doté d’une magnifique charpente en chêne et de murs à colombages. De nombreux vestiges témoignent sans conteste de la présence de vignoble à Gergy.
La réalisation de ces travaux est confiée à une entreprise, pour la partie la plus sensible, c’est à dire la reprise des fondations. Le reste : couverture, zinguerie, reprise de boiserie et enduit des façades sera l’œuvre d’un chantier d’insertion. Cette solution a été choisie car l’aménagement intérieur de ce bâtiment, à court terme n’est pas à l’ordre du jour.
Cette opération, très enrichissante autant techniquement, que sur le plan humain, durera vraisemblablement une année. L’encadrement est assuré par TREMPLIN « hommes et patrimoine » basée à Montcenis. Cette association spécialisée dans ce genre de chantier a convaincu la municipalité et a donc été retenue.
Un dossier assez lourd, élaboré avec l’aide des services du Grand Chalon et de TREMPLIN a permis le recrutement . Une bonne vingtaine de personnes, répondant aux critères de sélection ont été auditionnées afin de retenir une dizaine de candidats aux contrats d’avenir. Ils ont pris possession de leur chantier le 21 avril dernier.
L’assistance administrative, technique et pédagogique est assurée également. Le respect des règles élémentaires de sécurité fait partie du dispositif. Un aménagement du site a été nécessaire, car tous, employés et encadrement vivent toute la journée sur le chantier. Des « ALGECO », pour le rangement du matériel, un vestiaire et un autre pour la restauration et la formation font partie de l’environnement proche de la mairie.
La mise en route a certes été laborieuse, mais il semble que maintenant le lien se soit fait entre les participants, qui espèrent tous la même chose à l’issue de cette expérience : se réinsérer au cœur de la vie professionnelle.
Pour réaliser un tel projet la municipalité bénéficie des partenariats administratifs ou financiers, tels que le Fonds Social Européen, le Plan Local d’Insertion et d’Emploi, le Grand Chalon, le Conseil Général, l’État avec la Direction Départementale du Travail et de l’Emploi, et le Centre National d’Aménagement de Structures d’Exploitations Agricoles.
Nous souhaitons que ce chantier d’insertion auquel nous croyons fortement, se réalise dans de bonnes conditions et que chacun y trouve son compte. Rendez-vous en Mai 2009 pour le bilan. En ce qui concerne les expériences menées près de chez nous par  TREMPLIN, « hommes et patrimoine » citons l’église de Cortiambles à Givry, des peintures en trompe l’œil à l’espace des arts à Chalon Sur Saône et la restauration des charpentes et couvertures des communs du château de Pontus de Thiard à Bissy Sur Fley.

La fin de l'opération

 Notre aventure, s’il en est une est donc arrivée à son terme. Préparé début 2008, mise en place à partir du 21 avril, ce chantier sur lequel nous avions forgé beaucoup d’espérance a tenu ses promesses et le résultat est des plus satisfaisant.
L’évacuation des trois ALGECO qui faisaient partie désormais du paysage ainsi que l’arrêt des activités auxquelles la population s’était bien adaptée, va créer un vide flagrant.
Certes, tout n’a pas été facile, il a fallu s’installer, cohabiter, apprendre, reproduire les gestes, s’adapter aux aléas de la météo et du chantier, appliquer les ordres, etc… Pour la majorité des dix stagiaires, les règles du jeu ont été relativement bien appliquées. Globalement le résultat est positif. Humainement des liens se sont crées, après une vie communautaire d’une année. Le bilan technique est très satisfaisant. Avec un peu de recul, ce ne fut pas simple malgré tout mais cela mérite d’être vécu et si nous devions recommencer….
La gestion du chantier confiée à l’association « TREMPLIN Hommes et Patrimoine » nous a démontré l’étendue de toutes ses compétences.
Par ailleurs, le Plan Local d’Insertion et d’Emploi, le Grand Chalon, le Conseil Général, la Direction Départementale du Travail et de l’Emploi, le Centre National d’Aménagement de Structures des Exploitations Agricoles et le Fonds Social Européen ont participé à des degrés divers au montage ou au financement de ce projet avec la municipalité.
Petit retour en arrière, première action : apprentissage des techniques de montage d’un échafaudage et des règles de sécurité. La constitution de plusieurs équipes (par connaissance ou affinité) permit de traiter différents secteurs et d’éviter la gêne des participants, les uns aux tuiles, les autres au piquetage des murs. Après avoir allégé la structure en découvrant, un tri et nettoyage des tuiles encore saines ont permis de palettiser plusieurs milliers de pièces qui ont été cédées aux plus offrants à des fins de restauration de toitures. La cohabitation avec l’entreprise BOSSUET chargée de la reprise des fondations a sensibilisé l’équipe avec les exigences du marché et s’est déroulée dans de bonnes conditions.
Ensuite l’agrafage du grillage sur les façades à colombages, le maçonnage des parpaings, le coffrage des chaînages, le réglage de la charpente, la taille de jambages de pierre pour rehausser une porte ou remplacer certaines pièces défectueuses, la mise en place de la sous toiture, le contre lattage, le lattage, la couverture et le scellement des faîtières feront partie des tâches réalisées.
La partie la plus intéressante a été conservée pour la fin avec la croupe et les arêtiers côté Est, car il a fallu analyser, tracer, entailler, caler, aligner, fixer et tomber juste, mais quelle satisfaction une fois l’ensemble terminé.
Cette belle « cuverie » enfin couverte méritait afin de canaliser les eaux pluviales, d’être équipée de gouttières, tâche un peu particulière menée à bien par Christian BUATOIS, formateur technique secondé par quelques stagiaires intéressés. Celui-ci toujours en mal de difficultés, afin de meubler ses longues soirée d’hiver, joua du maillet, de la cisaille, du marteau, du fer à souder et de son savoir faire pour nous informer de la direction du zéphyr, hé oui la girouette c’est son œuvre. Sa mise en place vient clore la réfection de cette toiture, c’est le « bouquet final » coutume usitée par les couvreurs mais avec du végétal pour assurer la bonne tenue future de la couverture.
Conjointement à ces travaux de couverture, les façades changeaient d’allure également et là, d’aucuns eurent quelques misères pour faire coller le mortier de chaux sur les murs. A force de persévérance, le geste tatillon du début, prit de l’assurance et de la précision ensuite, la finesse des derniers mètres carrés le démontre avantageusement.
Une quinzaine de personnes a participé à cette opération au cours de laquelle il n’y eut que très peu d’accidents. Souhaitons que les connaissances enregistrées par les stagiaires puissent leur être de bon service lors de leurs prochaines missions. Dommage que la conjoncture actuelle se prête peu à l’engagement de personnel. Quelques uns ont quitté le dispositif pour rejoindre l’activité marchande, bonne chance à eux. Notre satisfaction restera d’avoir peut-être contribué à remettre le pied à l’étrier à un groupe qui à un moment ou à un autre confrontés à de difficultés diverses, s’interrogeait sur son avenir.
Nos remerciements iront aux entreprises Bossuet et Marceaux pour le prêt de coffrets électriques, aux personnels communaux pour leur coopération administrative, matérielle et à tous ceux qui ont pu contribuer à la réussite de ce projet.

Les news du chantier

La girouette retrouve sa place

 
La girouette retrouve sa place par mairie-de-gergy